La restauration de la chapelle de  Sainte-Avoye

 

L'inauguration de la chapelle de Ste Avoye rénovée, fleuron de Pluneret, classée au titre des Monuments Historiques par l'arrêté du 28 Mai 1925, a été célébrée le 20 mai 2006.

 

Cette chapelle a été construite de 1554 à 1560 sous le vocable de Sainte Avoye (une des compagnes de Sainte Ursule, décapitée par les Huns à Cologne au milieu du 5ème siècle). Une inscription portée sur une sablière indique que la première pierre a été posée en 1554. Deux autres dates gravées dans la charpente indiquent "juin 1557" et "1560" : ces dates laissent supposer qu'il s'agit du début et de la fin des travaux de charpente.

Lors de la construction de la chapelle, un second chef-d'oeuvre fut également réalisé : le Jubé (lui-même classé monument Historique par arrêté du 27 décembre 1907). L'accès à ce Jubé s'effectuant par un escalier spécifique construit en même temps que la chapelle confirme son origine. Les parties en bois du Jubé (chancel, galerie et calvaire) furent réalisées par un charpentier répondant au nom de BIZEUL.

Autre patrimoine dans la chapelle : la sculpture en bois peint de la  Sainte datant également du 16éme siècle, sculpture classée historique le 24 juillet 1944  par les monuments historiques..

 

Depuis le 16e siècle, la Chapelle de Ste Avoye a connu deux graves événements :

En 1727 la foudre détruit le clocher - porche et une partie des murs adjacents. La partie haute de la tour sera alors remplacée par un toit en charpente surmontée d'une flèche que nous connaissons actuellement.

Le 12 août 1965, la chapelle est à nouveau frappée par la foudre. Un début d'incendie sera heureusement enrayé, mais quelques pierres et poutres seront déplacées ou fendues.

Entre-temps, la chapelle et le jubé ont régulièrement fait l'objet de travaux de restauration et d'entretien. Les plus récents furent :

- en décembre 1990 : remise en état des fenêtres,

-en 1988: remise en état du clocher et de la couverture suite aux dégâts provoqués par la tempête du 16 octobre 1987,

-1981: restauration du Jubé,

-1982 -1983 : restauration du clocheton,

-1974-1976: remise en état des maçonneries du clocher, du côté sud.

 

Dès le second semestre 1998, la municipalité de Pluneret, après avoir contacté Monsieur CARDIN, Architecte des Bâtiments de France, et devant l'état général de la chapelle, avait fait part de ses inquiétudes, quant à l'état du bâtiment, à Monsieur le Conservateur des Monuments Historiques en demandant une étude préalable avant engagement des travaux.

Les services de Mr LAGNEAU, Architecte en Chef des Monuments Historiques furent désignés pour établir cette étude préalable, à savoir : diagnostic de l'édifice et proposition d'un programme de restauration.

Cette étude, d'un coût de 80 000,00 F a été financée à 50 % par l'État (Ministère de la Culture et de la Communication), 25 % par le Conseil Général du Morbihan et 25 % pour la commune.

 

Le travail remarquable de Mr LAGNEAU fut remis à la Direction Régionale des Affaires Culturelles fin 2000 et une première réunion eut lieu entre les différents participants le 22 mars 2001.

 

De 2001 à 2003, après de nombreux échanges avec la Municipalité, la Direction Régionale des Affaires Culturelles a procédé à la consultation des entreprises par voie d'appel d'offre.

 

Ce n'est que depuis début avril 2004 que le chantier de restauration a pu commencer.

 

La restauration de la chapelle de Ste Avoye est passée par trois phases principales :

 

1) La consolidation, l'assainissement et la restauration des façades (coût : 716 500 € dont 5 % à la charge de la commune) : ainsi, ont été réalisés : un remaillage du parement, le nettoyage des façades par brossage et réfection des joints, remplacement des parties cassées (banc de granit notamment) ou érodées, pose de drains et création d'un réseau d'eaux pluviales, réfection du dallage liturgique ....

 

2) La restauration de la couverture et de la charpente (coût : 535 000 € dont 5 % à la charge de la commune).

Les travaux consistaient en la restauration des fermes, recalage de la charpente, la voûte en berceau lambris (supprimée en 1938) a été restaurée comme à l'origine et la décoration en polychromie a été réhabilitée... Une restauration complète de la couverture a été également réalisée avec descentes d'eau, canalisation d'évacuation avec regards, connections aux égouts du hameau.

 

3)Le traitement des sols (coût : 120 500 € dont à 5 % la charge de la commune) :

Le programme des travaux a prévu la réalisation d'un revêtement en pierres éclatées pour protéger les abords extérieurs avec un caniveau en gros pavés.

Autre particularité architecturale de la chapelle de Ste Avoye : son revêtement de sol intérieur en terre battue en fait une disposition quasiment unique. Pour cela, ce sol en terre battue a été refait à l'identique par un mélange de chaux et de terre.

 

Enfin les fermants : vitraux et portes ont pu être refaits à neuf de façon identique aux originaux grâce à des subventions complémentaires.

 

La maîtrise d'ouvrage fut assurée par l'État (Direction Régionale des Affaires Culturelles) et le coût total de restauration s'élève à près d'1,5 million d'euros.

 

Le financement a été assuré à 40% par l'Etat, 30% par le conseil régional, 25% par le conseil général et 5% par la commune.

La durée des travaux a duré plus deux années et  durant cette période la chapelle n'était pas ouverte au public.

 

 

Jean BILLARD

retour page accueil