Vous trouverez ici désormais une page réservée à l'école publique de Pluneret, qui le méritait bien: ses enseignants donnent fidèlement de leurs nouvelles pour le site de la commune, et ce depuis le premier jour. Merci encore à eux.

n°004- 22 mai  2005

   pour voir les numéros précédents:

        n°001 (avril 2005)          n°002 (mi-avril 2005)          n°003  (11 mai)

 

 
 

 Visite des enfants de la classe de M. Le Floch sur le chantier.

Samedi 7 mai, en fin de matinée, nous sommes allés voir le chantier de Pluneret.  Le conseil municipal a décidé de réaménéger le bourg de Pluneret qui en avait bien besoin. Nous avons pris plein de photos. Certains se demandaient comment les voitures allaient passer car il y a un creux d'une dizaine de centimètres. Pour comprendre, nous  sommes allés à la Mairie pour voir le futur bourg de Pluneret après les travaux. Il y avait un plan et des photos. Enfin, nous sommes repartis à l'Ecole.

 

 

Et puis, ces enfants ne se contentent pas de surveiller le travail des autres! ils écrivent aussi: voici un joli conte, oeuvre collective des mêmes élèves de Mr Le Floch...

 

Vincent et le faucon

 

 

 
 

 Il était une fois un pauvre homme, appelé Vincent, qui vivait seul dans une forêt au pied d’une montagne.

Un jour, alors qu’il se promenait, il trouva un oiseau blessé au pied d’un arbre. C’était un faucon.

Vincent l’apporta chez lui et le soigna. Après une semaine, l’oiseau, guéri, repartit.

Quelques temps plus tard, alors qu’il était assis sur un banc devant sa chaumière, pensant avec tristesse à ses enfants partis dans des pays lointains, il vit arriver devant lui un inconnu richement vêtu.

L’homme lui dit :

« Bonjour brave homme. Tu as l’air malheureux.

- Oui, répondit Vincent. Je suis désespéré car je vis seul et je ne suis pas assez riche pour rejoindre mes enfants qui vivent bien loin d’ici.

- C’est mon maître qui m’envoie. Il te propose un marché. Tu réussis trois épreuves et tu pourras obtenir tout ce que tu voudras. Cependant si tu échoues, tu deviendras son esclave.

- Mais qui est ton maître ?

- Cela ne te regarde pas. Acceptes-tu ma proposition ?

 -D’accord. J’accepte.

- Alors pour commencer avance tout droit et va jusqu’au premier sapin. Tu trouveras une lettre dans le tronc de l’arbre. »

Vincent fit ce que l’homme lui avait indiqué. Arrivé à l’arbre, il glissa sa main dans un trou du tronc et sortit une feuille. Il s’assit sur une pierre et lut le message suivant :

« Tu dois écrire pour demain un livre en lettres d’or qui raconte l’histoire de la Terre. »

Le pauvre homme pensa : « Je n’y arriverai jamais. Je n’aurais pas dû accepter ce marché »

A cet instant, un oiseau se posa sur son épaule droite et il entendit une voix lui dire :

« Te souviens-tu de moi ? Tu m’as soigné l’an passé. A mon tour je peux te rendre service. En fait, je suis un magicien. Celui avec qui tu as passé un marché m’a transformé en oiseau. Si tu réussis à le battre en réussissant tes épreuves, je pourrai redevenir humain.

Quelle est ta première épreuve?

-Je dois écrire pour demain un livre en lettres d’or qui raconte l’histoire de la Terre.

-Attends-moi ici » dit le faucon qui s’envola vers le sommet de la montagne.

Quelques instants plus tard, il était de retour avec dans son bec une plume d’or.

« Cette plume est magique. Prends un cahier et demande lui d’écrire. »

Vincent avait à peine posé la plume sur la première feuille et dit « Ecris l’histoire de la Terre en lettres d’or» qu’elle se mit à écrire toute seule et le livre fut écrit en à peine une heure!

Le lendemain lorsque l’homme revint le voir, Vincent lui remit le livre.

« Bravo ! Je te félicite. Mais c’était une épreuve facile. Voici la deuxième : tu dois défricher la forêt qui se trouve de l’autre côté de la montagne pour que mon maître puisse y construire un palais. La construction commencera demain. »

Le faucon qui était perché sur un arbre non loin de là avait tout entendu.

« Ne t’inquiète pas, dit-il à Vincent. Je connais le Grand Maître des éléphants. Je l’appelle. Le faucon poussa un long cri aigu  et bientôt un énorme éléphant apparut devant eux.

« Que me veux-tu ami faucon ?

-Il faut défricher la forêt qui se trouve de l’autre côté de la montagne.

Montez sur mon dos, cela va être un jeu d’enfant »

Et les voilà partis.

Lorsqu’ils arrivèrent de l’autre côté de la montagne, le Grand Maître des éléphants appela tous ses éléphants et ensemble ils se mirent à arracher les arbres.

Vincent n’en croyait pas ses yeux : une heure plus tard, il n’y avait plus de forêt.

Il  resta sur place jusqu’au lendemain. L’homme réapparut devant Vincent.

« Tu es vraiment très fort. C’est la première fois que quelqu’un réussit ces épreuves. Mais le plus dur reste à faire. Dans l’emplacement libre, tu dois construire un palais en cristal bleu et en or. 

-          Cette fois je suis perdu, dit Vincent. Jamais je ne réussirai.

-          Alors tant pis pour toi » répondit l’homme avant de disparaître.

Le faucon arriva alors et lui dit :

« Je connais bien le peuple des géants qui travaillent dans une carrière d’où ils extraient toutes sortes de roches. Il y a sûrement de l’or et du cristal bleu. Je vole demander à leur chef de bien vouloir nous aider. »

Quelques moments plus tard, le sol se mit à vibrer : des centaines de géants arrivaient à grands pas, traînant et portant d’énormes blocs d’or et de cristal.

Le chef des géants s’adressa à Vincent :

« Je suis content de coopérer avec toi et ton ami le faucon. C’est le même homme qui l’a transformé en oiseau et nous a forcés à travailler dans les carrières. En réussissant tes épreuves, tu nous délivreras aussi de notre sort. »

Les géants se mirent au travail et, au crépuscule, un magnifique palais étincelait là où peu de temps auparavant il n’y avait qu’une forêt.

A l’aube, une lueur apparut à l’entrée du château, devant Vincent. C’était le diable.

« Tu m’as vaincu. Je n’ai qu’une parole : demande ce que tu veux et tu l’auras.

-          Je veux que mon ami faucon redevienne magicien, que les géants soient à nouveau libres, que les éléphants soient protégés et que ce château m’appartienne, à moi et à ma famille »

Vincent avait à peine fini sa phrase, qu’il vit devant lui un magicien ainsi que tous les membres de sa famille enfin réunie.

 

Groupe 2                                

 

                

 Il était une fois un pauvre vieux paysan qui avait trois fils. L’aîné décida de partir à la ville pour chercher fortune. Cependant au bout d’une année, on n’avait aucune nouvelle de lui. Le second partit à son tour, mais, un an plus tard on n’avait pas non plus de ses nouvelles. Alors, le plus jeune, Pierre, décida qu’il devait partir lui aussi. Un soir dans une auberge, il entendit deux hommes parler d’une princesse prisonnière dans une grotte gardée par un dragon. Il s’approcha de la table, offrit à boire aux deux compères et leur demanda :

 «  Bonjour, savez – vous où se trouve cette princesse ?

- Elle habite dans un château, mais elle est prisonnière dans une grotte gardée par un dragon. »

Pierre alla sur le chemin du château.

Sur sa route il rencontra le vieil homme blessé à la jambe. Il prit sa gourde et nettoya la blessure. Après, il le ramena chez lui et le soigna. Quelques heures plus tard il s’en retourna vers le château.

Arrivé au palais il demanda à un garde :

« Où est le roi ?

- Il est dans le donjon » lui répondit le garde.

Pierre demanda à être reçu par le souverain, qui accepta.

« J’ai appris que votre fille est prisonnière dans une grotte protége par un dragon. Est-ce que je peux essayer de la délivrer ?

- Si tu arrives à délivrer la princesse tu pourras l’épouser. »

Pierre se mit en route au petit matin et il découvrit en chemin le vieil homme qu’il avait soigné. Celui-ci lui dit :

« J’ai appris que tu voulais délivrer une princesse. Pour t’aider à combattre, je vais te donner cette épée magique. »

Une demi-heure plus tard Pierre arriva à la grotte. L’entrée de la grotte était sombre et humide. Tout à coup il aperçut de grands yeux qui le fixaient. Il brandit son épée et sauta sur le dragon. Il eut à peine levé son épée qu’elle s’envola avec tellement de force qu’elle transperça la tête du dragon qui fut tué par le coup. Pierre trouva la princesse ligotée. Il la détacha et ils s’en allèrent. Arrivés au château, il rendit la princesse au roi en demandant

« Alors, maintenant que j’ai délivré la princesse je peux l’épouser ?

- Non, tu dois passer deux épreuves avant de l’épouser !

- Quoi ! Vous aviez dit que je l’épouserais.

-   Tu ne l’épouseras que si tu réussis ces deux épreuves. La première épreuve consiste à résoudre cette énigme ! C’est une lettre de l’alphabet et c’est un gaz que l’on respire ? Pierre réfléchit et trouva le mot :

-   C’est l’air (R).

Le roi lui dit :

-   Bravo tu as réussi ! Maintenant, pour la deuxième épreuve tu dois trouver deux bagues de fiançailles perdues dans les douves du château.

-   Pierre sortit du palais. Et là, il rencontra le vieil homme qu’il avait guéri. Celui-ci lui dit :

- Pour t’aider à trouver les deux bagues, mon poisson va te les rapporter. »

Quelque temps plus tard un petit poisson bondit de l’eau avec les deux bagues et les déposa aux pieds de Pierre qui rapporta les bijoux en or.

Quelques mois plus tard, ils se marièrent et eurent beaucoup d’enfants.

Groupe 1   

 

Merci aux écrivains et à leur maître!

 

retour haut de page              retour plan du site           retour page accueil