Adresse du conseil municipal de Pluneret au Roi Charles X le 17 octobre 1824

 

         Du dix-septième jour du mois d’octobre de l’an 1824 adresse du conseil municipal de la commune Pluneret à Sa Majesté Charles X Roi de France et de Navarre.

Sire,

C’est dans le silence de la douleur que les membres du conseil municipal, fidèles interprètes des sentiments qui animent les habitants de la commune de Pluneret, osent déposer aux pieds de votre Majesté les justes regrets qu’ils éprouvent de la grande perte que la France vient de faire dans la personne de son Roi. Quel Monarque fut jamais plus chéri pendant sa vie et plus vivement regretté après sa mort ? Les Morbihannais surtout qui ont constamment marché dans le chemin de l’honneur et de la légitimité, pleurent le meilleur des princes pour qui ils ont exposé leur vie et qui vient de leur accorder d’honorables récompenses. Le Ciel qui nous l’avait donné dans sa miséricorde vient de le ravir à notre amour : mais les institutions qu’il nous a laissées comme un monument éternel de sa haute sagesse perpétueront d’âge en âge le bonheur qu’il a procuré à son peuple.

         Ce qui porte la consolation dans nos âmes affligées c’est de voir la couronne de Louis XVIII placée sur la tête de son digne frère qui n’est pas moins environné de vertus que son auguste prédécesseur. Oui, Sire, les vertus sont héréditaires dans la famille des Bourbons, et comme l’on dit qu’en France le Roi ne meurt pas, l’on peut dire aussi justement que la sagesse, la bonté qui caractérisent un Bourbon ne meurent pas avec lui, mais qu’elles se retrouvent dans son successeur. Ainsi Louis XVIII nous laisse dans Charles X un autre lui-même, et le règne de l’un ne sera que la continuation de celui de l’autre.

         Vive longtemps Charles X le Bien aimé ! Vivent les Bourbons toujours !

         Agréez, Sire, l’hommage de notre respectueuse fidélité et de notre profond dévouement.

 

         Les membres du conseil municipal de la commune de Pluneret.

                                               Signé Le Barh, maire

                                                            retour aux archives

                                                                         retour page accueil